Chaque personne peut ne pas se sentir confiant à un moment de sa vie ; d’autres ne le sont jamais. Mais d’où vient ce doute sur notre propre être, nos capacités ? Pourquoi nous mettons-nous dans un état pareil ? Il faudrait observer tout le film de la vie (les habitudes, les comportements, l’environnement, etc.) pour pouvoir y répondre. Ainsi, les causes sont très variables en fonction de chaque personne et de la situation. Dans cet article, nous allons énumérer quelques raisons possibles du manque de confiance en soi.

1. Le rabaissement par son entourage

L’environnement dans lequel vous avez vécu a une grande influence sur votre personnalité. C’est pourquoi, il est même important de remonter jusqu’à votre enfance. Effectivement, la façon dont les parents communiquent avec leurs enfants et dont ils les éduquent est la première main qui forge leurs esprits. Cela peut sembler peu évident, mais un homme qui a toujours été rabaissé par sa famille, comme : « tu n’iras jamais loin avec ces notes médiocres » ; ou qui a souvent été insulté par ses amis : « tu as encore perdu, monsieur looser ! », finirait probablement douteux de ses capacités, même s’il en a acquises. Ces mots qui ont échappé aux autres sont ancrés en lui et sont devenus des croyances : « je suis un looser qui n’irai jamais loin ».

2. La surestime de la performance des autres

A part les propos qui viennent directement de notre environnement, il se peut que nous inventions nous-même ces propos malencontreux. Déjà, nos collègues, mais surtout nos rivaux, vont évidemment nous sous-estimer. En retour, notre réaction est de les surestimer encore plus : « d’ailleurs il est déjà très connu en entrepreneuriat alors que moi, je ne suis personne même si je suis très fort en la matière ». Nous remettons en cause nos compétences aux vues de celles des autres. Nous cessons donc de croire que nous sommes capables d’y arriver, ce qui finit souvent par l’abandon. Cette raison de peur de défi est plus fréquente si la personne manque de soutien de ses proches pour la réassurer, pour croire en elle (à sa place).

3. La peur de se faire juger

La logique d’un être qui vit dans une société l’amène souvent au souci de plaire aux autres. Il y a donc une peur du jugement qui serait à l’origine de la peur de s’affirmer. Tout le monde a sûrement déjà vécu les interrogations en classe où l’enseignant demande un volontaire, l’élève fait une petite faute en répondant et tous ses camarades rigolent. A la vue de cette situation, plus personne n’ose se porter volontaire, plus personne n’ose répondre (même si elle a la bonne réponse), puisqu’on rira d’elle au cas où elle se trompe.

4. L’exagération des faits

Pour certaines personnes, les expériences vécues des autres constituent également une barrière à leur confiance en elles-mêmes. Notre cerveau constate et enregistre très rarement les points positifs d’une quelconque situation, il préfère plutôt voir les mauvais côtés des choses. Et pire encore, il tend à les dramatiser. En guise d’exemple, voyons une femme qui veut apprendre à conduire. Mais, elle entend souvent dire que les femmes ne sont pas très performantes en conduite de véhicule. Ainsi, elle se met dans la tête à l’avance qu’elle n’y arrivera sûrement pas, voire qu’elle fera peut-être un accident. Pourtant, plusieurs femmes se débrouillent bien au volant actuellement.

5. L’échec d’expériences vécues

La question de « confiance en soi » vient surtout de « soi-même ». Le manque de confiance peut provenir de nos propres expériences passées qui se sont mal terminées. De là, nous tirons parfois conclusion que nous échouons à chaque fois. Les extrémistes considèrent même que toute leur vie est tombée à l’eau. Par exemple, un jeune diplômé a participé à un concours de projet puisque tous ses proches l’y ont poussé. Malheureusement, sa présentation n’était pas probante pour les jurys. Il remettra en question sa capacité de discours en public et n’osera plus recommencer la même expérience.

6. Le sentiment de culpabilité permanente

Nous pouvons également manquer de confiance en nous lorsque nous réfléchissons un peu trop. Ensuite, nous nous sentons coupable quand quelque chose va mal, même si cela ne dépendait pas de nous. Cette attitude peut se transformer en habitude et se terminer en inquiétude. Prenons l’exemple courant d’une mère qui a un enfant fumeur et alcoolique. Elle se culpabilise : « c’est parce que je fume aussi ; c’est parce que je ne lui ai pas donné beaucoup d’amour. Je suis une mauvaise mère ». Par la suite, elle ne se sent plus à la hauteur d’élever ses plus petits enfants.

7. L’imagination négative débordante

Même si elles sont un peu différentes, toutes ces raisons proviennent d’un même état d’esprit : la pensée négative. Ce sont notamment les personnes qui voient le verre à moitié vide qui sont les moins confiantes en elles. Parfois, elles prévoient le futur dans la mauvaise tournure de la situation. Le fait réel ne se présente pas encore et rien n’est sûr, mais elles imaginent dans leur tête tout un scénario bien fondé de film qui n’a pas une bonne fin. A cause de cela, ces gens craignent déjà leurs prestations vouées échec. Par exemple, un homme qui patiente dans la salle d’attente pour un entretien d’embauche imagine que le recruteur est très sévère, que les questions seront très difficiles, etc.

Bref, il s’agit surtout d’une croyance : « je ne crois pas que je vais y arriver ». Même si nous avons toutes les potentialités d’y parvenir, notre croyance peut nous en dissuader. Pourtant, les conséquences de ce manque de confiance en soi peuvent être très néfastes pour notre vie quotidienne.

Laisser une réponse

Veuillez laisser votre commentaire ici, s'il vous plaît
Veuillez donner votre nom ici, s'il vous plaît